Mission « Santé » 2017-2018

Classé dans : Non classé | 0

Depuis 2014, ESK a entrepris d’améliorer la santé des enfants à travers des actions de prévention.

Les actions réalisées en 2017 ont été les suivantes :

1. Continuer à effectuer les sérologies des nouveaux venus.
2. Vacciner contre le tétanos et l’hépatite B tous les enfants et étudiants ESK.
3. Améliorer les conditions d’hygiène à travers des projets ciblés concernant les conditions de vie.
4. Continuer à suivre et à traiter les dentitions des enfants à des coûts acceptables.
5. Avec le concours d’une psychologue bénévole, déceler les traumatismes psychologiques des enfants et rechercher des techniques permettant de les réduire.

Actions de prévention :

Le processus de vaccination et le suivi des enfants atteints du sida ; lle processus répété dans chaque lieu où  des enfants est le suivant :

  •  Effectuer des sérologies pour connaître à la fois la biochimie et la bactériologie et rechercher la présence du virus de l’hépatite B et le virus HIV.
  • Savoir si des anticorps anti-HBS sont présents pour celles et ceux qui ont été touchés par le virus de l’hépatite B.

Suivant les résultats, plusieurs solutions sont possibles :

a) L’enfant a été au contact du virus et est naturellement protégé.

b) L’enfant n’a pas été au contact du virus et doit être vacciné. Après tous les rappels, une nouvelle sérologie est pratiquée pour contrôler la présence d’anticorps et attester de l’efficacité de la vaccination.

c) L’enfant a été au contact du virus est actuellement porteur sain de la maladie, son état de santé doit être suivi dans le temps.

d) L’enfant a été au contact du virus, il est porteur de la maladie et son état de cirrhose nécessite un traitement.
C’est cette méthodologie de prévention de l’hépatite B qui a été appliquée pour tous les enfants que nous soutenons au Cambodge (77 à fin décembre 2017).

Vis-à-vis du HIV, dans le cas d’enfants séropositifs, ils reçoivent un traitement par tri-thérapie avec malheureusement des molécules plus anciennes que celles maintenant utilisées dans les pays développés.
Un des gros problèmes importants est que ces médicaments doivent être pris à heures fixes, ce qui nécessite un suivi des adultes en charge d’eux.

En outre, pour vérifier l’efficacité des traitements et éventuellement les faire évoluer, la charge virale est évaluée régulièrement. Dans notre cas, ce sont deux enfants orphelins, vivant à la Maison des Sourires de Phnom-Penh et atteints du sida qui sont traités par tri-thérapie.

Dans le cas de la prévention contre le tétanos, les processus sont plus simples; il suffit d’injecter les vaccins en n’oubliant pas les délais pour les rappels.

Prévention contre les maladies sexuellement transmissibles et les grossesses :

Le 23 janvier 2018, lors de la mission santé, une éducation sexuelle a été délivrée à l’ensemble des adolescents à partir de 13 ans,et ce comme chaque année.
Les garçons et les filles ont été divisés en deux groupes différents.
Cette division a été aussi respectée dans les deux groupes de formation qui comprenaient : un(e) médecin, un (e) responsable du conseil d’administration représentant l’autorité, un traducteur (une traductrice) et le personnel qui encadre en temps normal les adolescent (e)s. Comme les années précédentes, il y a eu beaucoup de questions et un dialogue fécond entre les formateurs et les adolescents.

Lutte contre les parasites et le paludisme :

En matière de prévention contre les parasites, pour éviter de pratiquer des traitements antiparasitaires nocifs pour le foie, de façon régulière, nos médecins préfèrent traiter de façon ciblée quand le parasite est identifié. Depuis juin 2017, 2 enfants et adolescents ont ainsi été traités contre deux parasites différents.
La protection contre le paludisme est assurée essentiellement par des moustiquaires que nous avons toutes changées.

Amélioration des conditions d’hygiène à la Maison des Sourires de Phnom-Penh :

En matière de prévention contre les parasites, le respect des conditions d’hygiène est essentiel et pour se prémunir notamment du parasite ankylostomose décelé chez un des jeunes, nous avons réalisé des travaux importants à la Maison des Sourires de Phnom-Penh pour séparer les locaux douches des locaux toilettes
Une autre zone où l’hygiène est importante est la cuisine
Séparation des locaux douches et toilettes
Nouvel évier facilement nettoyable.

Utilisation de filtres à eau dans les familles isolées :
Pour limiter les risques de maladies liées à la consommation d’eau non potable (bactéries et parasites), nous avons pu fournir aux familles que nous soutenons notamment à Kep des filtres à eau.
Explication par notre responsable de l’utilisation des filtres.
Distribution de filtres à chacune des familles ESK de Kep..

Création de toilettes pour des familles isolées à Kep :

ESK soutient 21 enfants dans une dizaine de familles à proximité de Kep. Pour celles-ci, comme dans beaucoup de pays sous-développés, l’accès aux toilettes représente un vrai problème, aussi bien pour la santé que pour la sécurité des femmes et des enfants :
• viols très fréquents dans ces structures sociales éclatées.

Compte tenu des ces éléments, ESK a voulu offrir aux familles qu’il soutient des toilettes supprimant les risques ci-dessus. La réalisation de ces toilettes a été faite en faisant travailler des hommes du village et en veillant aux contraintes liées au soleil : réalisation d’un toit en chaume avec une ventilation sous-toiture pour éviter la prolifération d’insectes. L’aménagement, respecte la tradition cambodgienne avec la présence d’un bac d’eau pour le nettoyage intime.

Améliorer les conditions de vie d’un adolescent handicapé psychiquement et physiquement :

Cet adolescent très handicapé que nous soutenons maintenant depuis plus de deux ans est un cas très difficile pour notre petite association.

Aucune structure officielle ne prenant en charge, actuellement au Cambodge les enfants lourdement handicapés, il nous faut avec les autorités locales et les personnes du village où il vit, mettre en place une organisation pour éviter que son état ne se dégrade.

En juin 2017, son état s’étant brutalement dégradé, il a fallu le transférer à l’hôpital de Battambang où une anémie sévère pouvant provoquer la mort a été détectée.

Après une transfusion de sang possible grâce à des dons de sang que nous avons collectés auprès des étudiants de l’Université de Battambang, son anémie a été résorbée. Pour éviter que cette situation ne se reproduise, nous avons organisé le :

• Déplacement de son habitat dans un lieu moins accidenté pour qu’il puisse se mouvoir avec un nouveau fauteuil roulant.
• Création de toilettes ainsi que d’un point d’eau pour qu’il puisse faire sa toilette et ses besoins sans assistance extérieure.

Los de la mission santé, en janvier 2018, les médecins qui l’ont rencontré, ont trouvé qu’il présentait à nouveau des signes d’anémie et qu’il devait être réhospitalisé à l’hôpital de Battambang. Après avoir, de nouveau transfusé cet adolescent, les médecins de cet hôpital considérant leurs moyens d’investigation insuffisants, nous ont conseillé de transférer pour analyse l’adolescent à l’hôpital Calmette de Phnom-Penh.

Dans cet hôpital, les médecins avec qui nous sommes en relation et notamment le Dr NAY Taravith, chef de la médecine interne, compte tenu des analyses déjà faites, a envisagé une parasitose de type ankylostomose ; les analyses effectuées ont confirmé ce diagnostic et un traitement antiparasites spécifique lui a été administré.

Il a pu ensuite retourner dans son village où une surveillance régulière des parasites sera nécessaire.
Le parasite ankylostomose, se transmettant par des larves qui migrent des matières fécales vers le système sanguin en traversant la barrière de la peau au niveau des pieds, nous avons décidé de lancer des travaux de séparation des douches et des toilettes dans le foyer d’enfants que nous louons à Phnom Penh.

Laissez un commentaire

*